Situé au Nord de Paris, au niveau de la Porte de la Chapelle, le raccordement de l’Évangile vise à relier la Petite Ceinture, le réseau de la gare du Nord et celui de la gare de l’Est. Inauguré en 1873, ses ouvrages métalliques ont été démontés pendant l’été 2021 et doivent prochainement être remplacés par un ouvrage unique, dans le cadre de la construction du CDG Express.

BB 17000 Raccordement de l'Évangile
Une photo très rare de deux locomotives BB 17000 sur le raccordement de l’Évangile, le long du poste d’aiguillage Saxby à l’entrée du Pont Soudé. © Stéphane Demont, tous droits réservés

Le raccordement de l’Évangile, trait d’union entre la Plaine-Saint-Denis et la Chapelle-Charbons

Le raccordement de l’Évangile, bien connu des ferroviphiles, est situé au Nord de Paris, à proximité immédiate de la Porte de la Chapelle et de la gare de la Chapelle-Saint-Denis de la Petite Ceinture. À l’origine, il vise à relier la gare de Chapelle-Annexe, située à la Plaine-Saint-Denis à la gare de Chapelle-Charbons – d’où son nom d’origine de “raccordement de la Plaine-Saint-Denis”.

Jusqu’en juin 2019, le raccordement de l’Évangile servait aux échanges de matériels ferroviaires entre les réseaux Nord et Est. Il a également vu passer bon nombre de trains de marchandises.

Raccordement de l'Évangile
Un train de granulats Colas Rail s’engage sur le raccordement de l’Évangile et longe l’entrepôt Calberson-Ney (Geodis), en novembre 2015. Au premier plan, le quai couvert et l’ex-entrepôt Sernam. Crédit photo : Jean-Nicolas Lehec, tous droits réservés

Déclaré d’utilité publique le 25 juin 1873, le raccordement de l’Évangile se détache des voies de la gare du Nord peu avant d’entrer dans Paris, à la hauteur de la gare marchandises de La Plaine, et passe à l’emplacement de l’ancienne gare de Chapelle-Annexe.

RIB Raccordement de l'Évangile
Une ancienne rame inox de banlieue (RIB) garée sur le raccordement de l’Évangile sous le périphérique, en janvier 2017. À l’arrière-plan, le poste d’aiguillage de la Chapelle n°6 et la gare Dubois. Crédit photo : Jean-Nicolas Lehec, tous droits réservés

Il traverse ensuite la Porte de la Chapelle en diagonale, puis il enjambe la Petite Ceinture ferroviaire, à deux pas de l’ancien dépôt des locomotives de Ceinture.

Les voies arrivent à hauteur de la gare de marchandises de la Chapelle-Charbons (établie en 1855). Après un virage, les voies se raccordent à la Petite Ceinture ferroviaire, permettent également aux trains de rejoindre le faisceau des voies de la gare de l’Est, à côté de la gare de triage d’Aubervilliers et de la gare voyageurs d’Est-Ceinture.  

Carte La Chapelle Raccordement de l'Évangile
Carte d’ensemble de zone dite “de l’Évangile” vers 1880. On y distingue les gazomètres de l’usine à gaz de la Villette, la gare de la Chapelle-Charbons. En rouge, le raccordement de l’Évangile ; en bleu, la Petite Ceinture desservant les gares de la Chapelle Saint-Denis et d’Est-Ceinture. Au centre, on remarque aussi le raccordement “primitif” des chemins de fer du Nord et de Strasbourg à la Petite Ceinture, établi en 1851.

Chapelle-Annexe : le déplacement des infrastructures de transport au-delà des Fortifications

Au lendemain de la guerre franco-prussienne et des événements la Commune de Paris (1870-1871), une grave crise des transports se produit. Longtemps paralysés, les échanges reprennent avec une grande intensité ; toutefois, les infrastructures terrestres et fluviales ne peuvent absorber la reprise. Cette crise met en lumière les nettes insuffisances des infrastructures ferroviaires de la Chapelle.

La gare de Chapelle-Charbons au début du XXe siècle

La solution la plus évidente serait d’agrandir les installations de la Chapelle ; toutefois, la gare est coincée entre les fortifications et les constructions urbains.

Dès lors, la Compagnie du Nord crée sa 1e gare extra-muros, hors des fortifications. Nommée “Chapelle-Annexe”, elle sert pour les marchandises lourdes et encombrantes (pierres, fers, fourrages, etc). D’une superficie de 4 ha, elle atteint bientôt 25 ha, étant située dans une zone vide d’habitations.

Une carte très détaillée des différentes gares de la Chapelle. Au centre, on distingue très bien le raccordement de l’Évangile, reliant la gare de Chapelle-Charbons à la gare de Chapelle-Annexe, ainsi que la gare de La Plaine marchandises.

Dès lors, le raccordement de la Plaine-Saint-Denis (dit de l’Évangile) vise à mettre en relation directe la gare de Chapelle-Charbons et la nouvelle gare de Chapelle-Annexe. À noter que l’ouvrage ferroviaire doit passer au-dessus du fossé des Fortifications (jusqu’à la suppression de ces dernières, en 1919).

Raccordement de l'Évangile
Le soleil décline doucement sur le portique du raccordement de l’Évangile. Situé à proximité immédiate du poste d’aiguillage de la Chapelle n°5, il permettait l’accès au Pont Soudé et au faisceau de l’Évangile. Crédit photo : Jean-Nicolas Lehec, tous droits réservés

Les infrastructures du raccordement de l’Évangile et ses mutations

Dès son inauguration, le raccordement de l’Évangile emprunte 2 ouvrages métalliques. Ces derniers permettent d’enjamber la circulation – et notamment le tramway reliant Paris à Saint-Denis, ainsi que le fossé des fortifications.

L’ouvrage métallique traversant en diagonale la Route Nationale n°1, au tout début du XXe siècle. Au premier plan, on distingue très bien les rails du tramway.

Le Pont National

Construit par les établissements Émile Baudet à partir de 1873, ce viaduc de 66,96 mètres comporte deux tabliers métalliques conjoints. Il est constitué de plaques d’acier assemblées grâce à des rivets. Les voies ferrées sont posées directement sur le tablier du pont. Il prend le nom de “Pont National”, puisqu’il enjambe la Route Nationale n°1 (actuelle Avenue du Président Wilson).

À noter qu’il porte le même nom que l’ouvrage situé entre les 12e et 13e arrondissement, et qui permet à la Petite Ceinture de franchir la Seine à l’Est de Paris (entre les gares de la Rapée-Bercy et d’Orléans-Ceinture).

BB 17000 Raccordement de l'Évangile
La locomotive BB17086 en livrée “en voyage” sur le Pont National, en direction de l’Évangile. Au fond à droite, on distingue le toit du poste d’aiguillage n°6 de la Chapelle. Crédit photo : S. Demont, tous droits réservés

Le Pont Soudé

En 1935, la Ville de Paris débute la construction d’un passage souterrain pour les véhicules empruntant le boulevard Ney. En effet, ce dernier a été élargi à la suite de la suppression des fortifications. Un second ouvrage métallique voit alors le jour en 1936, construit par les Ateliers de construction Schwartz-Haumont. D’une longueur totale de 36 m, il vient remplacer l’ancien ouvrage de 10 m enjambant le Boulevard Ney.

L’ancien ouvrage en cours de démolition en 1936. À droite, à l’arrière-plan, le Pont National est nettement visible. Source : Revue Générale des Chemins de fer, septembre 1937
Le Pont Soudé à la fin de sa construction, en 1937. Notez le nouveau passage souterrain sur le boulevard Ney, ainsi que le signal mécanique sur le portique de signalisation.

Comme pour le Pont National, le viaduc est doté de voies à pose directe (les rails étant posés directement sur la structure métallique du pont).

Deux locomotives BB 75000 en livrée Fret sur le Pont Soudé traversent le Boulevard Ney, enjambant les voies du T3b. © Julie-Amélie B, tous droits réservés

Selon l’Office technique pour l’utilisation de l’acier :

“L’ouvrage comporte deux tabliers métalliques placés l’un à côté de l’autre, pratiquement identiques. Chaque tablier porte une voie ferrée normale courbe de 1200 m. environ de rayon ; il prend appui sur deux poutres maîtresses […]. Les béquilles reposent sur le sol par appuis en charpente soudée et à rotules. […] Le pont a une portée totale de 79,80 m en 3 travées, dont une centrale de 35,20 m et deux poutres latérales de 22,30 m. […] L’ouvrage est de type mixte, soudé en atelier et au montage”.

De par cette dernière particularité, cet ouvrage se nomme “Pont Soudé”.

Pont de la Porte de la Chapelle, croquis d’ensemble. Source : Office technique pour l’utilisation de l’acier, 1936
Pont de la Porte de la Chapelle, détail de la moitié d’une poutre à béquilles. Source : Office technique pour l’utilisation de l’acier, 1936

Ainsi, le raccordement de l’Évangile / de la Plaine-Saint-Denis comprend d’un total de 5 ouvrages :

  • Le Pont National ;
  • Le Pont des Quatre Voûtes ;
  • Le Pont Soudé ;
  • Le Pont des Six Voûtes ;
  • Le Pont de la Petite Ceinture.

À noter que les ponts des Quatre Voûtes et des Six Voûtes sont deux ouvrages en maçonnerie visant à faire la jonction entre le Pont National et le Pont Soudé.

Z6400 Petite Ceinture raccordement de l'Évangile
Une photo très rare d’une rame Z6400 du réseau de Saint-Lazare, en provenance des ateliers de Noisy, de passage sur le raccordement de l’Évangile, le 9 janvier 2014. Après avoir franchi le Pont National, la rame longe l’ancienne gare Dubois et se dirige vers le poste d’aiguillage de la Chapelle n°6, sous le périphérique. © Raphaël Iacone.

Côté Chapelle et côté la Plaine-Saint-Denis, les postes d’aiguillage de la Chapelle n°5 et n°6 contrôlent l’accès aux voies. Construits en 1911, ces postes à leviers sont de type Saxby.

La gigantesque structure de l’entrepôt Calberson-Ney (inauguré en 1976) ne modifie pas le tracé du raccordement de l’Évangile. En revanche, sa construction entraîne la disparition des restes de l’ancien dépôt des locomotives de Ceinture.

Gare de la Chapelle Charbon Petite Ceinture de Paris
L’impressionnant faisceau des voies de la gare de la Chapelle-Charbon, vu en 1978 depuis le sommet de l’immense gazomètre de l’usine à gaz de la Villette. À droite, l’entrepôt Calberson-Ney et les voies du raccordement de l’Évangile. On remarque l’absence du quai couvert dédié au courrier, qui sera construit un an plus tard. Crédit photo : Photothèque du Pavillon de l’Arsenal.

La ligne CDG Express et la nouvelle vie du raccordement de l’Évangile

L’arrivée de la ligne CDG Express va considérablement modifier le profil de cette vaste zone du Nord de Paris. Partant de la gare de l’Est, les voies se détacheront peu avant la gare de Rosa Parks. Après un virage vers la gauche, elles passeront en tunnel sous la zone d’activité Cap 18 (construite à l’emplacement des anciens gazomètres de l’usine de la Villette).

Après une trémie en courbe, les voies ressortiront dans l’alignement de l’entrepôt Calberson-Ney. Elles emprunteront ensuite le raccordement de l’Évangile en passant par-dessus la porte de la Chapelle, longera le Campus Condorcet, avant de rejoindre le faisceau de la gare du Nord en direction de l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle.

La trémie du CDG Express en cours d’achèvement sous le périphérique, près de l’endroit où se trouvait jadis le poste d’aiguillage n°6 de la Chapelle, en août 2021. Crédit photo : Jean-Nicolas Lehec, tous droits réservés

Le dernier train circule sur le raccordement de l’Évangile en juin 2019. Début 2020, la culée en maçonnerie et le poste d’aiguillage de la Chapelle n°5 sont démolis – de même que le poste n°6, caché sous le périphérique. Les rails de la Petite Ceinture sont démontés afin de permettre le passage des véhicules routiers.

Les travaux de démolition des anciens ouvrages du raccordement de l’Évangile devaient débuter au 2nd semestre 2020. Cependant, les travaux sont suspendus en raison d’une décision du Tribunal administratif de Montreuil en date du 9 novembre 2020. Cependant, la Cour administrative d’appel de Paris autorise la reprise des travaux le 18 mars 2021.

Le démontage des ouvrages du raccordement de l’Évangile

Finalement, la démolition des ouvrages débute en juillet 2021. Les ouvrages en maçonnerie (ponts des Quatre Voûtes et des Six Voûtes) sont les premiers à être démolis, pendant que les culées du futur ouvrage sont construites de part et d’autre de la Porte de la Chapelle.

Les 10 et 11 août 2021, les opérations de démontage sont menées. Le Pont National est le premier à être ôté (10 août), tandis que le Pont Soudé est démonté en 2 moitiés (10 et 11 août). Dans les deux cas, des engins de levage viennent soulever les tabliers par en-dessous, avant de les faire rouler à l’emplacement du futur Campus Condorcet, où ils ont été recyclés au cours du 2nd semestre 2021.

Cette opération de très grande ampleur aura nécessité la fermeture d’une grande partie de la Porte de la Chapelle, ainsi que la neutralisation de plusieurs voies de l’échangeur autoroutier entre le Périphérique et l’autoroute A1.

Démontage Pont Soudé Raccordement de l'Évangile
Un engin de levage s’apprête à déplacer une portion du Pont Soudé. Crédit photo : Jean-Nicolas Lehec, tous droits réservés

Le nouvel ouvrage du raccordement de l’Evangile

L’appel d’offre pour la construction du projet CDG Express (et donc du nouveau raccordement de l’Évangile) a été déposé par SNCF Réseau le 23 février 2018.

Le lot C (désignant la zone située aux alentours de la Porte de la Chapelle) a été attribué au groupement formé de Chantiers Modernes Construction (mandataire), Dodin Campenon Bernard, Botte Fondations, Extract et VINCI Construction Terrassement. Le résultat de cette procédure de marché public ont été publiés le 6 décembre 2019.

Futur ouvrage Raccordement de l'Évangile
Vue d’artiste du futur ouvrage unique traversant la Porte de la Chapelle. Crédit icono : Vinci Construction

Le projet comprend le creusement d’une galerie souterraine de 1002 mètres sous la zone industrielle CAP 18, mais également “le renouvellement des ponts de [la] Porte de la Chapelle par un pont-rail unique de 296 m de long, pour répondre aux enjeux d’insertion architecturale, urbaine et acoustiques de la ville de Paris”. De par sa conception, l’ouvrage doit donc permettre une circulation plus silencieuse des futures rames du CDG Express.

Futur ouvrage Raccordement de l'Évangile
Vue 3D du futur ouvrage traversant la Porte de la Chapelle. Crédit icono : Chantiers Modernes

Le nouveau viaduc disposera d’un tablier de type RaPl bas (2 poutres latérales et un caisson central métalliques sous gabarit bas reliés par des entretoises métalliques, enrobées d’une dalle béton). Le tablier est supporté par 11 appuis fondés profondément sur des pieux de diamètre variable de 1 à 1,4 m, ou des barrettes de largeur 1 m environ.

À l’issue des travaux, les voies de la Petite Ceinture doivent être rétablies par SNCF Réseau. À l’emplacement de l’ancienne gare de la Chapelle-Charbons, un faisceau de 4 voies sera rétabli dès 2025 : 2 pour le CDG Express, et 2 pour le rétablissement du raccordement de l’Évangile entre les réseaux de la gare du Nord et de la gare de l’Est.