Gare de Belleville-Villette

Fiche d'identité

La gare de Belleville-Villette : voyageurs et marchandises

La gare de Belleville-Villette est située au cœur du 19e arrondissement, au Nord-Est de Paris et à proximité immédiate du Parc des Buttes-Chaumont. Elle tire son nom des anciennes communes de la Villette et de Belleville, toutes deux annexées à Paris en 1860.

Train spécial Petite Ceinture gare Belleville-Villette
Train spécial de la FACS en gare de Belleville-Villette, le 13 mars 1966. En tête, une très belle locomotive type 141 Nord. Crédit photo : Marc Dahlstrom

Inaugurée en 1856, elle d’abord une gare de marchandises, avant de s’ouvrir aux voyageurs dès 1862. Elle se situe au Sud de la gare du Pont de Flandre, après franchissement du Canal de l’Ourcq par un pont métallique très reconnaissable (souvent appelé « Pont Craqueur »). 

Petite Ceinture Pont Craqueur Canal de l'Ourcq
Le "Pont Craqueur", qui permet à la Petite Ceinture de franchir le Canal de l'Ourcq.

Elle se situe au milieu d’un double-embranchement en triangle (Nord et Sud). Il permettait aux trains de rejoindre les gares de Paris-Bestiaux (Marché aux bestiaux) et Paris-Abattoirs (Abattoirs de la Villette). Les voies enjambent la rue Manin et la rue Petit. En revanche, le raccordement de Paris-Bestiaux traverse à niveau la rue d’Hautpoul, qui se dote d’une passerelle pour le passage des riverains (aujourd’hui démolie). 

Gare Belleville-Villette Petite Ceinture
Les quais de la gare de Belleville-Villette. Notez la légende : "calme complet, pas de réclamation de voyageurs à craindre" !

Belleville-Villette : l’une des première gares de la Petite Ceinture

La gare de marchandises de Belleville-Villette voit le jour le 15 juillet 1856. Elle porte à l’époque le nom de « La-Petite-Villette ». Avec la gare de Charonne, il s’agit de l’une des premières gares de marchandises de la Petite Ceinture. 

En 1862, les premiers trains de voyageurs circulent sur la Petite Ceinture. La gare de Belleville-Villette fait partie des toutes premières gares de voyageurs de la Petite Ceinture

Belleville-Villette Petite Ceinture
Les quais de la gare voyageurs de Belleville-Villette.
Gare Belleville-Villette Petite Ceinture
La façade extérieure et la cour de la gare de Belleville-Villette, vus depuis la rue de Lorraine

La gare ressemble très peu aux autres gares de la Petite Ceinture rive droite. Le bâtiment voyageur est situé le long des voies, comme ceux des gares de l’Avenue de Clichy, Pont de Flandre et Ménilmontant. Toutefois, il est constitué d’une structure en bois, dont les façades sont remplies de briques.  

Au 19e siècle, cette architecture en bois est typique des constructions provisoires du service voyageurs de la Petite Ceinture. Aussi, il est possible que la gare de Belleville-Villette n’ait jamais été reconstruite, contrairement aux autres gares de la Petite Ceinture Rive Droite

La gare de marchandises, quant à elle, est constituée d’une halle des arrivages, et d’une halle des expéditions. Elle comporte pas moins de 11 voies, qui se rejoignent au niveau des 2 branches du raccordement de Paris-Bestiaux. L’accès au raccordement était contrôlé par deux postes d’aiguillage de type Saxby, aujourd’hui disparus. 

À noter que la branche Sud du raccordement et la Petite Ceinture se rejoignent au niveau de la rue Manin et du Parc des Buttes Chaumont.

Belleville-Villette Petite Ceinture
Une locomotive 230 T du service circulaire de la Petite Ceinture en gare de Belleville-Villette, au tournant des XIXe et XXe siècle

Ci-dessous, une carte de 1914 des installations voyageurs et marchandises de la gare de Belleville-Villette, et du double-embranchement se dirigeant vers les gares de Paris-Bestiaux et Paris-Abattoirs

Qu’est devenue la gare de Belleville-Villette ?

Le service de voyageurs de la Petite Ceinture prend fin le dimanche 22 juillet 1934. Il est remplacé par le « bus PC », assuré par la STCRP (l’un des ancêtres de la RATP). 

Toutefois, la gare de Belleville-Villette continue de voir passer de nombreux trains de jonction, mais aussi – et surtout – de marchandises. La gare de Belleville-Villette reçoit des denrées de nature variée, et notamment des boissons. Les trains continuent également de desservir la Villette via le double-raccordement de Paris-Bestiaux. D’autres encore rejoignent les autres gares de marchandises de la Petite Ceinture, comme celle de Charonne (20e arrondissement). 

Le 22 août 1944, lors des combats de la libération de Paris, un groupe de résistants parisiens mène une attaque et réussit à stopper un train d’essence allemand, destiné au front de Normandie.

Le bâtiment voyageur est démoli en 1947. Dans l’immédiate après-guerre, la SNCF décide de construire un grand nombre de logements à destination des cheminots et de leur famille. Ainsi, un immeuble en briques voit le jour à la place de la gare voyageur de Belleville-Villette. La gare marchandises, quant à elle, continue de fonctionner jusqu’en 1987. 

Passerelle rue d'Hautpoul gare Belleville-Villette Petite Ceinture
L'ancienne passerelle de la rue d'Hautpoul, permettant aux piétons de passer au-dessus des deux branches de l'embranchement de Paris-Bestiaux. Crédit photo : Marc Debrincat

L’ensemble des installations sont démolies lors de la construction de la ZAC Manin-Jaurès, et de nombreux immeubles d’habitation sont construits à la place de la gare. 

Ci-dessous : trois photos de Marc Debrincat capturées dans les années 1980, peu de temps avant la suppression de la gare. Sur la 3e image, l’embranchement de Paris-Bestiaux n’est déjà plus utilisé et une partie a été transformée en parking.

Dans le cadre du prolongement de la ligne T8 du tram, la gare de Belleville-Villette offrirait une halte très judicieuse. Elle viendrait créer une desserte supplémentaire à ce quartier quelque peu délaissé par les transports en commun (à l’exception des bus). La proximité immédiate du Parc des Buttes Chaumont est évidemment un atout primordial pour une telle halte. 

Ce faisant, le T8 offrirait une liaison directe entre le parc et la gare de Rosa Parks : ce faisant, la Petite Ceinture continuerait donc de jouer un rôle structurant dans l’aménagement de l’espace urbain du 19e arrondissement. 

Ci-dessous : trois photographies de Jean-Nicolas Lehec de la Petite Ceinture au sein du parc des Buttes Chaumont, capturées en janvier 2017. Tous droits réservés.