Histoire de la Petite Ceinture de Paris (Partie 3 : 1934-1993)

La Petite Ceinture après la fin des trains de voyageurs (1934-1993)

Le trafic marchandise, continuera longtemps de circuler sur la Petite Ceinture, de même que les trains de jonction. Ces derniers, qui ont roulé jusque dans les années 1970, utilisaient la Petite Ceinture pour passer d’une gare parisienne à l’autre sans transbordement des passagers.

Ainsi les trains de marchandises ont pu côtoyer de très luxueux trains de voyageurs, tel le Train Bleu qui emmenait la haute société britannique de Calais à Nice, qui passait tard le soir (et tôt le matin) sur la partie Est de la Petite Ceinture, traversant ainsi les Buttes Chaumont, Ménilmontant, Belleville et l’Avenue de Vincennes…

La section Ouest, elle, est “récupérée” par le RER C dans le cadre du projet VMI (Vallée de Montmorency-Invalides).

À l’exception de du tronçon se dirigeant vers la petite gare d’Auteuil (qui sera déferré en 1993 et reconverti en jardin en 2007), la Petite Ceinture Ouest est intégralement rénovée, certaines des stations recouvertes d’une dalle en béton (faisant perdre son charme à la gare de Boulainviliers, par exemple).

Après 3 ans de travaux, la branche Ouest du RER C est inauguré en 1988. Le court tronçon reliant au Nord les gares de Pont-Cardinet à Péreire, est exploité par une navette jusqu’en 1996, mais est finalement remplacée par un bus.

Le dernier train de marchandises roule sur la Petite Ceinture Sud en 1992, et à l’Est en 1993, entre Bercy et le triangle de l’Évangile, dans le 18e, où se rejoignent les voies de la PC et celles des gares du Nord et de l’Est.

À noter que ce secteur est toujours actif, et régulièrement parcouru par des trains de marchandises et de voyageurs (à vide) passant du réseau du Nord à celui de l’Est, et inversement. Néanmoins, la fermeture des entrepôts des alentours (Sernam, notamment) et de la gare de tri postal de l’Évangile ont fortement réduit le nombre de voies utilisées.

Ainsi, celles entourant le quai couvert ou passant sous l’infrastructure du parking Geodis sont grignotées par la rouille et la végétation, et font le bonheur des amateurs d’exploration urbaine… et de photographie.

Rejoignez-nous et défendez avec nous l’ADN ferroviaire de la Petite Ceinture !